Skip to content

Aides et guides – le rôle du cervelet

Texte protégé par un droit d'auteur :     copyright-logo-pour-sos-detresse

Le terme "ange gardien" est bien connu de tous. Autrefois, il désignait un être invisible que l'on pensait chargé de veiller sur un être humain tout au long de sa vie. On considérait qu'il était en permanence aux côtés de son protégé et qu'il avait le pouvoir de lui éviter bien des désagréments et même de détourner des catastrophes s'approchant de lui. Tout être humain de la terre aurait eu son "ange gardien".

Si, par exemple, une personne avait un accident grave qui aurait pu lui coûter la vie étant données les circonstances et qu'elle s'en sortait indemne, on disait qu'elle pouvait remercier son ange gardien qui lui avait sauvé la vie.

A l'heure actuelle, cette connaissance est presque oubliée. L'expression existe toujours mais elle est généralement attribuée à un être humain bien visible qui protège un de ses amis à un moment donné de sa vie. Il le chapeaute, le protège, le guide dans les démêlés matériels de son existence.

Et pourtant, la notion de l'ange gardien des temps passés comportait beaucoup de vrai. En effet, chaque être humain a bien à ses côtés un être invisible aux yeux terrestres durant son existence. Nous l'appellerons un "aide" car c'est son rôle : "aider un humain". Il ne s'agit pas d'un ange, mais de l'âme d'un autre être humain qui ne séjourne plus sur terre et qui se trouve donc dans l'au-delà. C'est un être qui, après son décès, a pris la décision de devenir l'aide d'un homme qui vit sur terre. Son rôle consiste parfois effectivement à éviter des malheurs à son protégé mais ce n'est pas là son unique fonction. Il cherche avant tout à lui communiquer de bonnes pensées, de bonnes idées lorsque celui-ci réfléchit et se pose des questions. Il est une partie de sa conscience, de son inspiration, la petite voix qui soudain lui donne une idée, un conseil utile pour sa vie, qui l'aide à évoluer et à se libérer de ses défauts.

Cet "aide" a pu commettre dans ses vies passées des erreurs qu'il a, par la suite, regrettées et lors de cette prise de conscience, est né en lui le désir de communiquer son expérience à d'autres, afin qu'ils ne fassent pas les mêmes erreurs que lui. Par ailleurs, les lois de Dieu dans la création exigent le rachat de toute faute. C'est ainsi que l'être qui désire réparer ses erreurs en aidant autrui, en a la possibilité depuis l'au-delà. Il sera conduit -par la loi d'attraction des affinités- dans la proximité d'un humain qui porte en lui les mêmes défauts et qui risque donc de commettre les mêmes erreurs que lui jadis. Il vivra dans son entourage et essaiera de l'influencer dans le bon sens pour l'aider à s'en sortir. Ayant vécu lui-même la même chose, il sera capable de comprendre son protégé sans le juger et de lui communiquer les meilleurs conseils.

Bien sûr, la communication depuis l'au-delà n'est pas aussi aisée que pour deux personnes vivant sur terre. L'aide ne peut transmettre ses conseils que par la pensée, la "petite voix". Et le terrien ne peut recevoir que s'il est ouvert intérieurement. S'il ne s'occupe que d'affaires matérielles, s'il mène une vie stressante et dispose de peu de temps de réflexion, il est peu probable qu'il puisse "entendre" son aide. Il faut un minimum de sérénité et des temps de réflexion pour que la communication s'établisse. De plus, comme les gens ignorent qu'un "conseiller" se trouve dans leur entourage, cela n'est pas propice au dialogue.

Même pour les personnes conscientes de la proximité d'un aide, la communication ne s'établit pas aussi facilement qu'au téléphone.

Chaque être humain possède un instrument pour communiquer avec l'au-delà : il s'agit du cervelet. Jusqu'à présent la science n'a pas réussi à lui attribuer un grand rôle, hormis celui qu'il joue dans l'équilibre terrestre du corps. Elle ignore sa fonction essentielle et a fait beaucoup plus de découvertes concernant le cerveau.

Le corps humain possède dans sa tête deux organes complémentaires :
·        Le cerveau qui contribue à la mise en place terrestre de tout ce dont l'être humain a besoin pour vivre ;
·        Le cervelet dont la fonction est de servir de lien entre l'âme, l'esprit  de l'homme et l'au-delà dont ils sont issus.

Le cervelet est l'instrument de l'âme.

Ces deux organes cérébraux auraient dû se développer depuis l'origine humaine dans des proportions égales. Le cervelet recevait des transmissions spirituelles des régions lumineuses de l'au-delà et le cerveau trouvait les moyens et les formes pour les appliquer dans la vie terrestre.

Si la liaison spirituelle avec les hauteurs d'origine de l'âme –où règne la perfection- s'était toujours maintenue par l'intermédiaire du cervelet, l'humanité aurait reçu en permanence de bonnes intuitions et idées, sources d'un élan promoteur pour son épanouissement sur la terre. La paix règnerait, de belles inventions auraient été communiquées ainsi que de sages conseils pour agir en lien avec la nature.

Par exemple : connaître les meilleurs moments de semis, récolte et divers travaux en agriculture, apprendre les bonnes relations avec les animaux, éviter les cataclysmes naturels destructeurs … en ce qui concerne la nature.

Les inventions humaines dont on ignore parfois l'origine sont souvent dues à la communication d'une entité qui aide en soufflant l'idée à un inventeur particulièrement ouvert, donc capable de la recevoir. Ce sont uniquement des idées nobles et pures, promotrices et entraînant le bien être de l'ensemble de l'humanité qui sont ainsi communiquées depuis les "Hauteurs" de Lumière puisque, dans ces régions, on ne vit que dans le respect des lois parfaites de Dieu.

L'évolution de l'humanité aurait pu être considérablement améliorée si les êtres humains avaient fait fonctionner leur cervelet autant que leur cerveau. Malheureusement, un écart s'est progressivement creusé entre les deux organes au cours de l'évolution humaine pour aboutir à un gouffre.

Avec l'accroissement de ses connaissances terrestres, l'être humain a de plus en plus développé ses capacités dans ce sens et donc aussi l'organe qui va avec : le cerveau. Conjointement il a délaissé petit à petit le lien qu'il avait avec l'au-delà par l'intermédiaire de son cervelet. Il est survenu ce qu'il advient de tout organe qu'on ne fait pas travailler : il s'atrophie et n'est plus en mesure de bien fonctionner. C'est pourquoi le cervelet actuel atrophié n'est plus capable de donner la pleine mesure de ce qu'il pourrait et donc, d'établir la liaison avec les hauteurs de lumière où des aides dévoués sont prêts à nous transmettre des idées lumineuses et sages.

C'est aussi la raison de la confusion de nos rêves. Avec un cervelet en bon état, nous pourrions comprendre et interpréter nos rêves de façon à ce qu'ils soient profitables à notre évolution.

Le retour à une situation comme il était prévu et voulu à l'origine ne pourra se réaliser rapidement. Un défaut d'utilisation durant de nombreux millénaires ne va pas se résoudre en quelques instants. Même avec un bon vouloir, ce qui n'est pas encore le cas pour l'ensemble de l'humanité, plusieurs générations seront nécessaires avant de faire retrouver au cervelet une véritable efficacité.

Après avoir expliqué le mécanisme par lequel est rendue possible la communication avec nos "aides", il nous reste à présent à l'essayer. Même si ce n'est pas très facile, nous pouvons néanmoins mettre des moyens en œuvre pour au moins faciliter les transmissions. En en étant conscient, il est déjà possible de s'y ouvrir avec humilité et d'oser demander de l'aide lorsqu'on en a besoin, par l'intermédiaire de la prière. La prière qui vient du cœur (pas celle récitée par automatisme) est la plus belle intuition venant de l'âme, capable de s'élancer vers les hauteurs lumineuses.

Bien sûr, il est nécessaire de créer dans notre rythme de vie des moments de calme, de réflexion, de recueillement, de contact avec la nature etc. … favorisant la réception. De même qu'il faut présenter une assiette vide avant de pouvoir la remplir de nourriture, de même faut-il "aérer" notre cerveau, le vider de nos pensées afin d'être en état de "recevoir". Un cerveau encombré en permanence par des pensées, des soucis, des images télévisées, du bruit ou du bavardage ne pourra rien recevoir. Il faut réapprendre "le silence".

En ayant créé de bonnes conditions autour de nous, il nous sera possible d'être attentifs aux idées qui surviendront dans notre tête tout à coup, à un moment où nous ne nous y attendons pas forcément. Chacun a sûrement déjà entendu au cours de sa vie une petite voix qui lui soufflait une idée précise ou un avertissement, une mise en garde face à une décision à prendre. Parfois, le matin au réveil, c'est une idée nouvelle qui vient subitement à l'esprit ou la solution d'un problème, d'un souci est tout à coup trouvée. Chacun a déjà fait ce genre d'expérience plus d'une fois dans sa vie. C'était la communication d'un aide bien intentionné à notre égard. Multiplier ces expériences pourra nous être très utile dans la vie et nous aidera à progresser plus rapidement.

Il nous est aussi possible de recevoir de l'aide venant de hauteurs plus élevées. Car dans l'au-delà, il n'y a pas que des êtres humains décédés. Il y a aussi de nombreuses entités au service de Dieu qui œuvrent dans les différentes sphères entre la terre et le paradis, et même au-dessus. Elles ne viendront jamais s'incarner sur la terre, mais elles peuvent considérablement aider les humains en leur dispensant force et aide dans des domaines bien spécifiques.

Ces entités sont les représentantes des différentes qualités et vertus. Chacune porte en elle une vertu particulière à un état sublimé. Elle en est la parfaite personnification et peut transmettre en partie cette vertu à tout être qui désire ardemment la développer en lui-même.

Prenons l'exemple d'un homme qui doit entreprendre une expédition périlleuse dans le but de venir en aide à d'autres. Sa volonté de réussir va faire naître en lui un certain courage pour se mettre à l'œuvre. Mais pour tenir bon pendant plusieurs jours, voire d'avantage, il lui faut toujours plus de courage. Si, avec confiance, il se tourne vers le haut en demandant de l'aide, il va créer un lien qui va monter vers le guide du courage et celui-ci pourra lui dispenser de sa force. Aussi longtemps qu'avec humilité et confiance il demandera de l'aide pour parvenir à son but, qui doit être noble bien sûr, il lui sera transmis le courage dont il a besoin.

Il existe de nombreux "guides", porteurs des vertus que nous connaissons. Certains concernent plus spécialement les hommes, d'autres les femmes, tandis que d'autres s'adressent à tous…

Toute personne qui désire s'améliorer, se défaire d'un défaut, acquérir ou développer une qualité, ne se retrouve donc pas seule, livrée à elle-même pour y parvenir. Quelle que soit sa situation sur terre, si isolée qu'elle soit, elle peut obtenir de l'aide en se tournant avec confiance vers les hauteurs. Par contre, l'ensemble de l'humanité s'est tellement coupé de ces aides qu'à l'heure actuelle, cela nécessite un effort plus important qu'autrefois. Nous n'avons pas le droit de nous plaindre puisque c'est nous qui avons décidé d'emprunter cette mauvaise voie. Mais il faut persévérer pour obtenir des résultats.

La connaissance des aides et des guides a bien été réelle naguère. Nous en trouvons des traces à travers certains contes, certaines légendes ainsi que dans la mythologie de l'antiquité. Mais, comme toujours, ces connaissances ont été tellement dénaturées qu'il nous est devenu difficile de retrouver la part de vérité qui y restait pour nous permettre de mieux comprendre la vie.

De nos jours, cette connaissance est à nouveau à notre portée. Mettons-la à profit pour le bien de tous.

M.A

Retour à l'accueil de "conférences"

 


________________________