Skip to content

Handicap mental et autisme

Texte protégé par un droit d'auteur :     copyright-logo-pour-sos-detresse

Pour comprendre comment il est possible que Dieu permette qu'il existe sur terre des personnes handicapées mentales dès leur naissance, il y a lieu de considérer au préalable plusieurs points, expliqués dans d'autres conférences :

- le hasard et l'injustice

Des lois précises régissent le monde et l'existence des êtres humains. Elles sont expliquées en détails dans la conférence "Les lois de Dieu". Ces lois doivent être considérées comme des amies au service de l'humanité pour aider chaque être humain à trouver le chemin qui lui est utile et nécessaire au cours de son existence. Ces lois sont parfaites et excluent d'emblée toute erreur et toute injustice. On en déduira ainsi que le hasard n'existe pas et que toute situation qui survient au cours de la vie possède sa raison d'être. C'est le devoir de tout homme de chercher à découvrir la raison d'être de chaque situation qui le dérange et l'interpelle afin qu'il en tire partie de la façon la plus profitable qui soit. S'il ne le fait pas, la même situation se représentera au cours de sa vie ou au cours d'une vie future jusqu'à ce qu'il trouve quelle leçon il doit en tirer et qu'il l'applique dans sa vie. Lorsqu'il a compris cela et qu'il se conforme à ce qui lui est demandé, le fil du destin qui lui était ainsi accroché peut se dénouer et il devient libre de ce lien.

- le but de l'existence

Même si beaucoup d'êtres humains vivent sur terre en ignorant pourquoi ils y sont, cela ne signifie pas que leur vie soit sans but. Ils doivent faire l'effort de découvrir le but de leur existence et de tout mettre en oeuvre pour atteindre ce but qui les conduit à la perfection. La conférence "la réincarnation -  le sens de la vie" en donne l'explication. Ainsi, si l'homme s'égare au cours de sa vie ou perd son temps à des futilités au lieu de le consacrer à atteindre le but qui lui est utile, des événements particuliers vont survenir au cours de sa vie pour le lui rappeler. Il est reconnu que c'est souvent après un fait marquant qui le secoue durement qu'un être humain s'exclame : "cet événement m'a fait retrouver les vraies valeurs de la vie" ou bien "après ce qui m'est arrivé, je ne me ferai plus autant de soucis pour des choses qui n'en valent pas la peine". Ces événements difficiles ont été utiles pour lui redonner des objectifs nobles et un sens plus sérieux à sa vie.

- la réincarnation

Nous n'avons pas une seule existence terrestre. Depuis l'arrivée de l'homme sur la terre, nous sommes tous venus vivre de nombreuses fois. C'était nécessaire pour "apprendre" et nous perfectionner. Au cours de ces différentes vies, nous avons connu d'autres humains avec lesquels nous avons tissé des liens par les relations vécues. Certaines relations ont pu être très positives et dans d'autres cas, nous avons pu mal nous comporter et faire du tort à quelqu'un. Les lois de la Vie exigent que nous "réparions" nos torts. Cela peut se passer au cours de la même vie ou au cours d'une vie future. Ainsi, nous rencontrons tout au long de notre séjour terrestre des gens que nous avions déjà croisés au cours de nos vies précédentes. Certains pouvaient déjà faire partie de la famille, et d'autres, être des amis ou simplement des personnes que nous croisons à un moment donné. Lorsqu'une personne s'est mal comportée avec une autre, les deux personnes doivent revenir vivre à la même époque sur terre. Les fils du destin leur permettront de se rencontrer à un moment précis, et l'occasion sera donnée à la première de "racheter", "réparer", "compenser" le tort qu'elle a fait à la seconde. Seule l'occasion est donnée, il appartient ensuite à la personne concernée, par la liberté qui est accordée à tout homme, de choisir de faire le bien ou non. Tant que le tort n'aura pas été réparé, les deux personnes concernées devront se rencontrer de vies en vies jusqu'au dénouement du lien qui les relie.

*******

C'est ainsi qu'on en déduira  lorsqu'un enfant handicapé naît dans une famille, que cela n'est pas sans raison, ni sans utilité pour les deux partis concernés.

- la personne handicapée :

Si une personne naît avec un handicap, c'est que les lois de la Vie ont estimé que cela pouvait lui être utile. Le handicap apporte à son esprit l'expérience nécessaire à son éveil, à sa maturation. Tout est pour son bien. Le corps handicapé n'est pas utilisé avec la totalité de son potentiel au cours de l'existence puisqu'il peut à peine se mouvoir dans certains cas ou bien le cerveau ne peut pas fonctionner de façon normale. Mais cela ne signifie pas pour autant que "l'esprit" de la personne (où son âme)  ne soit pas éveillé, ni conscient. Même s'il ne peut s'exprimer, il a la possibilité de vivre des choses qui lui sont profitables et d'emmagasiner des expériences très utiles, alors que s'il avait eu un corps sans handicap, il aurait peut-être perdu son temps en menant une vie futile ou aurait mis beaucoup plus de temps à acquérir ce qui lui manquait. Nul n'est capable de le dire, mais les lois qui régissent la vie sont plus sages que nous et agissent avec discernement et perfection. Si elles s'accomplissent en donnant un handicap lors d'une naissance, c'est que c'est le plus utile pour l'esprit de la personne concernée. La Justice de Dieu ne tolèrerait pas d'autres voies.

- les parents

Du côté des parents qui voient arriver un handicapé au sein de leur famille, il y a aussi une utilité. Ceux-ci ont quelque chose à apprendre. Il peut y avoir plusieurs possibilités :

. Lors d'une vie passée, l'un des parents ou les deux ont pu avoir commis une faute vis à vis de leur enfant. Soit, ils s'en sont mal occupé ou ils ont pu l'abandonner, le faire souffrir physiquement ou moralement, ou pratiquer une interruption volontaire de grossesse etc... Quel que soit le cas de figure, ils ont fait du tort à cet enfant autrefois et ils ont le devoir de racheter leur faute. Lors de la vie actuelle, ils devront s'occuper de lui de façon bien plus intense que s'il n'avait pas son  handicap. Ils devront lui consacrer beaucoup de temps et donner infiniment de leur personne lors de ces soins. Cette situation leur offrira l'occasion de se transformer intérieurement et de prendre conscience de leur réel devoir de parents (qu'ils avaient négligé précédemment). Ainsi, par le sérieux qu'ils accorderont à leur rôle de parents, ils pourront dénouer le fil du destin qui les liait à cet enfant et se libérer de la faute qui adhérait à eux.

. La leçon de vie qu'ont à apprendre les parents peut aussi résider en l'acquisition d'une meilleure personnalité. Cela peut provenir du fait qu'ils possèdent un défaut grave dont ils ne parviennent pas à se débarrasser ou une qualité indispensable pour leur maturité et qu'ils n'arrivent pas à acquérir. Quelques exemples : - une personne fière, présomptueuse, méprisante qui voit arriver un enfant handicapé chez elle aura l'occasion de "rabattre de sa superbe" et d'acquérir la modestie et l'humilité après l'expérience qui lui arrive. -  Une personne superficielle, égoïste ou méchante aura l'occasion, avec un enfant handicapé, d'apprendre à devenir meilleure, de se préoccuper un peu plus des autres au lieu d'elle-même, d'acquérir de la maturité, du "plomb dans la cervelle" comme dit l'expression populaire. Même si la naissance d'un handicapé représente un choc pour les personnes concernées, cela ne peut que leur être profitable. Après bien des années, elles prendront conscience de la transformation intérieure qui s'est opérée en elles grâce à cet événement du destin. Elles seront reconnaissantes des bienfaits que cela a constitué pour elles et remercieront Dieu de les avoir améliorées de cette manière. Sans cet enfant handicapé, elles n'auraient pas pris aussi facilement conscience de leurs défauts et ne s'en seraient pas débarrassés aussi vite ou bien il leur aurait fallu de nombreuses vies pour acquérir les qualités qui leur manquaient.

* * *

On comprendra mieux après ces explications quelle est l'attitude à adopter lors de l'arrivée d'un enfant handicapé au sein d'une famille. Cette situation sera mieux acceptée si l'on en comprend son utilité. Ensuite, on en déduira le comportement adéquat qui en découle.

Puisque c'est pour leur bien que des parents reçoivent un enfant handicapé et pour leur évolution personnelle, cela signifie qu'ils ont le devoir de s'en occuper eux-mêmes. S'ils cherchent à éloigner l'enfant en le confiant à un organisme qu'ils estiment mieux adapté qu'eux, ils se trompent. Certes, ils peuvent demander des conseils à des organismes spécialisés et y faire des stages avec leur enfant afin d'apprendre ce qui pourrait être utile à l'enfant. Mais comme il leur est demandé de consacrer beaucoup de temps à leur enfant, d'apprendre grâce à lui et à son handicap, c'est en acceptant qu'il vive avec eux que les parents rempliront leur mission. Refuser de s'engager dans cette voie ne fera que repousser à plus tard une expérience similaire. Ainsi en n'acceptant pas le handicap de l'enfant et en n'en tirant pas la leçon, on ne bouclera pas le cycle du destin qui lui est intiment lié. Les lois de la vie vont construire un nouveau chemin qui, soit apportera un second enfant handicapé dans la famille, soit provoquera la même rencontre avec l'enfant dans une prochaine vie.

    Ainsi les parents dont un enfant a des problèmes mentaux, iront dans le bon sens en acceptant de lui consacrer énormément de temps, en l'aimant, en s'oubliant eux-mêmes, en cherchant à se mettre à la place de leur enfant, en lui parlant comme à une personne capable de les comprendre. Car l'esprit de l'enfant, lui, n'est pas malade, il est donc capable de ressentir tout ce que ses parents entreprennent pour lui.

C'est donc en acceptant avec reconnaissance la situation, en la vivant avec le désir d'accomplir au mieux ce qui est exigé que chacun profitera de l'expérience qui lui est destinée. D'ailleurs, la confirmation de cette thèse est apportée par un certain nombre d'exemples connus.

La plupart des handicapés mentaux ont une durée de vie qui est courte. Ils atteignent généralement l'âge d'une vingtaine d'années (ce qui correspond à la durée d'éducation normale et indispensable que l'on devrait consacrer à l'enfant puis à l'adolescent) . Beaucoup de parents se préoccupent de ce que deviendront leurs enfants handicapés après leur mort, mais il est fréquent que ces enfants quittent la terre presque en même temps que leurs parents, ou même avant eux. Si les parents accomplissent véritablement et consciencieusement leur rôle auprès de leur enfant, c'est de cette manière que s'effectueront les choses, et ils n'auront pas à se soucier de l'avenir de leur enfant. Leur confiance en les lois de Dieu sera un soutien durant leur vie.
Mais si les parents ne remplissent pas leur rôle auprès de leur enfant comme il conviendrait, alors leur destin peut évoluer différemment.

Chez les enfants autistes, des transformations spectaculaires ont été constatées. Certains enfants ont retrouvé une vie parfaitement normale et ont même fait preuve d'une vive intelligence qui leur a permis de rattraper tout leur retard d'apprentissage et de développement. En fait ces enfants n'ont pas un problème mental vérifiable physiquement, congénital ou chromosomique mais ils vivent "en dehors" de notre monde, dans un monde qui n'existe que pour eux seuls.
Leur adaptation à notre monde s'est réalisé lorsque leurs parents ont décidé de leur accorder tout leur temps. Une maman qui arrête son travail et donc sa carrière professionnelle pour se consacrer totalement à son enfant en s'y dévouant entièrement, en cherchant comment l'aider, en s'oubliant elle-même, peut réussir à guérir son enfant. C'est parce qu'elle a accompli ce que le destin attendait d'elle (Cela a demandé souvent plusieurs années, mais le résultat a été concluant).
Si les parents ne s'occupent pas suffisamment de l'enfant et le confient à un organisme à temps plein ou partiel, ils sont persuadés de le faire pour voir l'enfant progresser (physiquement, socialement, intellectuellement). Cependant, ils négligent les signes du destin qui leur avait envoyé l'enfant à eux pour qu'ils apprennent. Ce faisant, s'ils constatent une amélioration par le contact que l'enfant peut nouer avec un thérapeute ou avec un animal, ils auront peu de chances d'obtenir une guérison complète. C'est l'implication totale des parents qui est déterminante.

Lorsqu'une famille voit l'arrivée d'un enfant handicapé en son sein, elle doit considérer cela comme une aide que lui envoie le destin afin d'apprendre ce dont tous les membres ont besoin. Si elle consacre l'attention voulue à cet enfant et tout l'amour nécessaire, elle pourra remplir le rôle qui lui était demandé. Chaque membre de la famille pourra tirer un grand bénéfice de cette expérience pour l'amélioration de sa personnalité et s'en trouvera grandi. Tout événement du destin a pour but de nous aider à nous ennoblir. Soyons-y particulièrement attentif et apprenons à en déduire les meilleures leçons de vie. L'enfant handicapé recevra ainsi tout ce qui lui est nécessaire pour son évolution. Dans ces conditions, les cas d'autisme pourraient être guéris.

M.A

Retour à l'accueil de "articles"

 


________________________