Skip to content

La vie de la femme

Texte protégé par un droit d'auteur :     copyright-logo-pour-sos-detresse

La situation des femmes a considérablement évoluée au cours du XXème siècle dans les pays modernes. Les femmes, qui autrefois s'occupaient de leur famille à la maison sous la dépendance d'un mari, ont à présent acquis une grande autonomie et travaillent à l'extérieur. Elles ont milité pour leur indépendance et elles l'ont acquise. Mais sont-elles vraiment plus heureuses pour autant ? Ce grand changement a-t-il contribué à un parfait épanouissement de la féminité ainsi qu'à un bonheur accru pour la société ?

Il faut reconnaître que de tout temps, l'être humain a recherché le bonheur sur terre. La femme, par sa délicatesse, est très sensible à la qualité de sa vie et elle ne peut s'épanouir réellement si elle vit dans de mauvaises conditions. L'expérience du passé fait ressortir l'état de soumission de la femme vis-à-vis de l'homme dans de nombreuses civilisations. Cela permettait de maintenir une certaine cohésion et un ordre dans la société. Cependant cet état de fait engendrait bien des souffrances chez les femmes. La plupart se soumettaient à cette façon de vivre et trouvaient une compensation dans le bonheur qu'elles éprouvaient en élevant leurs enfants. Les quelques rares qui osaient se révolter devaient faire preuve de beaucoup de personnalité et de force car elles étaient "condamnées" par la société.

Il était normal que la femme des siècles passés ait souhaité un changement dans sa façon de vivre car celle-ci n'était pas juste et ne pouvait contribuer au bonheur de l'humanité. Cependant les modifications apportées à la vie de la femme ont été assez importantes, réalisées sous le coup de l'indignation et du désir de liberté, et elles n'ont pas forcément été mûries par la réflexion qui conduit à une élévation de l'authentique féminité.

*******

Nous allons aborder un certain nombre de constatations qui, soit dévalorisent la femme ou lui sont néfastes, soit peuvent contribuer à son renouveau de manière durable et donc à son bonheur :

La masculinisation

Avec l'émancipation de la femme, on a abouti dans un certain nombre de cas, à la situation inverse de celle du passé, celle où la femme adopte un comportement proche de celui de l'homme. Par son habillement, sa coiffure, son métier, ses prises de responsabilités, ses traits de caractères, ses activités (dont celles sportives), elle a intégré dans sa vie un certain nombre de choses qui étaient  autrefois réservées aux hommes. La femme a voulu devenir l'égale de l'homme. Cela est compréhensible et fondé pour ce qui concerne les droits propres à la justice de chaque pays, donc ce qui a trait au domaine matériel de l'existence, puisque les êtres humains doivent avoir les mêmes droits sans distinction de race, de religion, et donc aussi de sexe. Les lois doivent être équivalentes pour les hommes et les femmes.

Cependant, en voulant imiter l'homme dans sa vie quotidienne, la femme a laissé de côté de nombreuses facultés propres à la féminité et elle a ainsi beaucoup perdu.
Comparez l'habillement traditionnel de la femme dans divers pays du monde à l'habillement moderne d'une femme en pantalon, en short, en minijupe. Nous sommes tellement habitués à des accoutrements extravagants imposés par la mode que nous avons oublié de rechercher la beauté dans la façon de nous vêtir. Il en est de même pour la coiffure, le maquillage et la façon de se parer. Tout cela est attisé dans un but commercial et non par le désir d'embellir la femme ! La mode a aussi réussi à faire reculer la pudeur et à déshabiller  la femme qui expose de plus en plus son corps à la vue de tous dans la vie courante.

Combien de femmes fument et boivent de l'alcool, nuisant à leur santé ainsi qu'à leur progéniture lorsqu'elles sont enceintes !

Dans ses activités, la femme moderne s'est aussi éloignée de son foyer où elle jugeait son travail ménager répétitif, peu gratifiant et manquant d'intérêt. Elle a certes pu découvrir des activités féminines qui ont contribué à son épanouissement comme des activités manuelles, artistiques, culturelles, de bénévolat etc. Mais elle a aussi introduit dans son quotidien des futilités ou des exagérations unilatérales qui ne favorisent pas une véritable féminité comme la pratique intensive d'un sport, le lèche-vitrines, la fréquentation du café, la pratique d'activités masculines ...

Cela semble banal parce que tout cela s'est  introduit progressivement, en quelques générations seulement et l'on peut affirmer que c'est maintenant passé dans les mœurs. On ne se pose même plus la moindre question sur le sujet. Cependant, combien de ces habitudes dévalorisent la vraie féminité. En adoptant des caractéristiques masculines, les femmes n'ont-elles pas un peu mis de côté certaines valeurs spécifiquement féminines qui, bien conduites, contribuent au bonheur simple, mais durable ? D'un excès, on passe à un autre. La recherche du juste milieu avec la mise en pratique de tout le potentiel féminin pourrait apporter un réel épanouissement à chaque femme.

En adoptant des tâches auparavant réservées aux hommes, les femmes développent en elles une attitude masculine et perdent petit à petit des traits typiquement féminins. Ce qui n'est pas entretenu finit par disparaître. Or ce sont la vraie féminité et la vraie masculinité qui font ...

Lire la suite (fichier au format PDF)    pdf-icone
Vous aurez besoin pour ouvrir ce fichier du logiciel ADOBE READER.
Si vous ne le possédez pas dans votre ordinateur, vous pouvez le télécharger gratuitement en cliquant sur ce lien .