Skip to content

Le décès – l’au-delà

Texte protégé par un droit d'auteur :     copyright-logo-pour-sos-detresse

La mort est bien une certitude pour tout être humain. Nul n'y échappe. Chacun sait qu'un jour il quittera cette terre après une vie terrestre plus ou moins longue. Beaucoup la redoutent, certains en ont même peur ! Si la mort inquiète,  c'est parce que l'idée que l'on s'en fait est fort confuse.

Tandis qu'un certain nombre de personnes pensent que tout est fini avec le décès, que le corps est brûlé ou bien qu'il se décompose dans un cercueil s'il est enterré, un grand nombre d'humains croient en la continuité d'une vie après cette mort. Presque toutes les religions l'enseignent. Les civilisations passées de tous les continents ont laissé des traces de cette connaissance. Elles avaient un rituel particulier pour accompagner les morts sur le chemin conduisant à leur nouvelle patrie.

D'une manière générale, il est question d'un jugement relatif à la vie passée puis d'un nouveau lieu de séjour que l'on décrit souvent comme paradisiaque, apportant beaucoup de bonheur. Mais il est aussi question de l'enfer et de lieux transitoires comme le purgatoire.

Ces croyances sont malgré tout assez vagues car, lorsque l'on cherche à en savoir davantage et surtout à y inclure la notion de justice, les explications convaincantes deviennent rares.

Si les hommes cherchaient vraiment à savoir ce qui les attend après leur trépas et qu'ils s'y préparaient de la bonne manière, c'est alors confiants et sereins qu'ils verraient arriver ce moment qui est semblable à la naissance. Car la mort terrestre est en fait une naissance dans l'au-delà.

Pour comprendre la mort, il faut se référer à la conférence "la naissance de l'homme" qui explique que tout être humain existait sous la forme d'un "esprit" avant sa naissance terrestre. Lors de son incarnation sur terre, l'esprit vivant dans l'au-delà endosse un vêtement : le corps terrestre. Sans ce corps, il est impossible de vivre sur la terre. Lors du décès, l'esprit quitte son vêtement, son corps,  il le laisse à la terre et il continue sa vie dans l'au-delà. L'esprit est plus connu sous le terme "âme". D'où l'expression populaire très parlante : on dit d'un mort qu' "il a rendu l'âme".

Le cordon d'argent

Comme cela est bien connu de certaines philosophies, pendant un certain temps (normalement quelques jours), l'âme est encore reliée au corps par un fin cordon (le cordon d'argent). Durant tout le temps que les deux éléments sont reliés, l'âme ne peut s'éloigner du corps. L'âme possède des organes des sens adaptés à son nouveau monde de l'au-delà qui lui permettent de voir et entendre ce qui se passe autour de son corps inanimé. C'est ainsi que le décédé est capable d'observer les émotions de ses proches à son chevet, d'entendre ce qu'ils disent et même de ressentir leur douleur. En général, il participe à sa cérémonie funèbre et suit le cortège jusqu'à sa tombe.

Les cas de retour à la vie

Dans un certain nombre de cas d'accidents de la route, d'arrêts cardiaques, d'opérations chirurgicales ou autres causes, en général subites et accidentelles, on a observé que des personnes dont le cœur s'était arrêté et dont l'encéphalogramme était devenu plat, ont pu revenir à la vie dans les minutes qui suivaient cet arrêt de vie. Cela est possible tant que le cordon reliant les deux corps n'est pas rompu. Des médecins ou secouristes rappellent la personne dont l'encéphalogramme est devenu plat ; ils lui demandent de tenir bon, de "revenir", de s'accrocher, de rester avec eux. L'âme a encore la possibilité de réintégrer son corps et de le faire fonctionner à nouveau (à condition que les lésions ne soient pas trop importantes). On a constaté des cas de mort clinique durant un laps de temps assez important, de quelques minutes à plusieurs heures, où le patient est ensuite revenu à la vie. Mais plus l'attente est grande, plus la possibilité de réintégration s'amenuise.

Les morts ressuscités par Jésus

C'est ainsi que s'expliquent les miracles qu'accomplit Jésus en ramenant à la vie plusieurs personnes décédées. Sa force divine - bien supérieure à celle des hommes- le lui permettait tant que le cordon de liaison existait encore. Le cas de Lazare est la plus longue durée connue, puisque l'on cite 4 jours. Les miracles de Jésus ne sont pas inexplicables. Ils sont conformes aux lois de la création. Cependant, l'origine divine de Jésus lui permettait d'accomplir des actes "naturels" qui étaient alors incompréhensibles aux humains de son époque.

"la vie après la vie" du Dr Raymond Moody

Ce livre relate de nombreux cas de ces "ressuscités" observés En Amérique au XXème siècle. (voir bibliographie) - ainsi que le second livre "lumières nouvelles sur la vie après la vie".

Le Dr Moody, aux États-Unis, a recueilli plus de trois cents témoignages ...

Lire la suite (fichier au format PDF)    pdf-icone
Vous aurez besoin pour ouvrir ce fichier du logiciel ADOBE READER.
Si vous ne le possédez pas dans votre ordinateur, vous pouvez le télécharger gratuitement en cliquant sur ce lien .