Skip to content

Naissance de l’homme

Texte protégé par un droit d'auteur :     copyright-logo-pour-sos-detresse

La Bible relate la naissance du premier humain d'une manière qui a fait loi pendant plusieurs milliers d'années jusqu'à ce que les recherches de la fin du deuxième millénaire sur l'évolution ne viennent remettre en cause cet état de fait et parviennent à le détruire complètement.

Plus personne de nos jours ne croit que le premier homme est né d'un morceau de terre à qui Dieu a insufflé la vie. Ce n'est pas pour autant qu'il faille récuser la Bible. La Bible est un livre spirituel qui doit être compris spirituellement. Or, l'erreur consiste à y croire mot à mot et d'une façon matérielle. A l'origine de ces écrits, l'humanité n'était pas aussi ancrée dans le matérialisme qu'elle l'est de nos jours, et des images, telles que celles décrites dans la Bible, suffisaient à créer la vraie notion que l'homme pouvait se faire de l'événement. La notion certes, mais pas le fait matériel en lui-même.

De même, lorsque Jésus vint sur terre pour expliquer les lois de Son Père, Il ne les a pas décrites magistralement comme on le ferait dans un cours de faculté. Il a utilisé pour cela des paraboles, c'est-à-dire des histoires simples, adaptées au niveau d'évolution du milieu dans lequel il vivait. Et à travers ces histoires, les hommes pouvaient tirer les leçons qui leur étaient utiles pour comprendre les lois de Dieu, puis vivre selon elles.

Il faut reconnaître qu'aujourd'hui, nous sommes devenus tellement intellectualisés que nous nous sommes rendus incapables de déceler la sagesse que recelaient toutes ces histoires simples. La science a donc remplacé cela par des théories que notre cerceau est capable de comprendre ; ainsi, c'est adapté à notre façon de vivre actuelle.

La théorie de l'évolution a nécessité un travail considérable et si l'homme se gonfle d'orgueil d'avoir réussi un tel classement précis sur l'évolution de la vie sur terre depuis la première cellule de vie jusqu'à l'arrivée de l'homme, peut-être a-t-il commis un oubli : celui de tomber en admiration devant le créateur d'une telle œuvre ! Car le fait de classifier tout ce qui est vivant représente un travail gigantesque. Mais qu'est-ce par rapport au travail de Celui qui a donné la Vie à toutes ces espèces depuis l'origine, par rapport à Celui qui les a créées avec une telle complexité, une telle perfection, les a ensuite fait évoluer pour obtenir des conditions de vie propices à l'apparition de l'homme ? C'est une intelligence hautement supérieure qu'aucun humain n'a réussi à égaler. Même si des savants se vantent de temps en temps d'avoir créé une nouvelle variété de légume ou un vaccin utile, ils ont toujours dû emprunter des éléments déjà existants dans la création et n'ont fait que les combiner entre eux.

La science devrait nous aider à comprendre l'univers dans lequel nous vivons et le faire évoluer favorablement. Mais elle devrait aussi être à l'origine d'une vénération toujours plus grande pour le créateur de cette œuvre merveilleuse. Car si nous omettons de le remercier, cela nous est fort préjudiciable.

Nous restons bien en deçà de ce que nous aurions pu découvrir et utiliser pour notre séjour terrestre.

Le processus de la venue de l'homme sur terre en est l'illustration. La science n'en possède pas l'explication. Au milieu de la théorie de l'évolution se trouve un gouffre : celui du chaînon manquant avec, d'un côté, un singe et de l'autre, un homme.

Tant que l'on cherchera uniquement dans le domaine matériel, il sera impossible de trouver la solution. La connaissance des lois de Dieu et du fonctionnement de l'univers est indispensable pour répondre à toutes les énigmes non résolues par la science. Et cette connaissance nous fait prendre conscience que le monde matériel que nous voyons n'est qu'une petite partie de l'univers. Le monde invisible, appelé au-delà, est bien plus vaste.

C'est d'un endroit de l'au-delà appelé "le paradis"  qu'est originaire l'esprit de l'être humain. Une vie sur terre ne constitue qu'un court passage par rapport à la totalité de son existence dont une grande partie est vécue dans l'au-delà. Lors d'une incarnation, une âme humaine qui se trouvait dans l'au-delà, endosse un vêtement appelé corps humain pour venir vivre sur la terre. C'est en général au milieu de la grossesse que l'âme prend possession du petit corps en formation et c'est à ce moment-là que la future mère ressent les premiers mouvements de son enfant. Après la naissance, l'être humain vit son existence terrestre jusqu'à ce que survienne son décès qui représente le retour de l'âme dans l'au-delà.

Ce processus d'incarnation de l'homme se passe de la même façon pour les animaux. Eux aussi possèdent une âme qui existe dans l'au-delà avant leur naissance. Cette âme vient s'incarner par l'intermédiaire d'un corps en formation chez un animal de la même race puis, après sa mort, se libère du corps inanimé pour retourner dans l'au-delà.

Cependant l'âme d'un animal n'est pas issue de la même région de l'au-delà que celle des humains. Tandis que les humains sont originaires du paradis situé dans le monde spirituel et par là-même, possèdent un "esprit", les animaux eux, sont issus d'une région située en dessous du paradis, donc plus proche de la terre. Ce royaume d'origine des animaux n'est pas spirituel. Les animaux ne possèdent donc pas un esprit –comme les hommes– mais seulement une âme, c'est-à-dire un corps immatériel adapté à la vie dans leur région de l'au-delà.

Les humains possèdent une âme et un esprit. Dans le paradis, l'être humain est esprit. Quand il le quitte pour descendre vers la terre, il s'habille successivement de plusieurs enveloppes correspondant aux régions de l'au-delà qu'il traverse et chaque enveloppe qui entoure l'esprit est adaptée à cette région. L'esprit recouvert de ces différentes enveloppes s'appelle alors une âme. Puis lorsqu'il vient vivre sur la terre, il revêt un dernier habit appelé corps humain. La juxtaposition de ces enveloppes sur l'esprit est comparable aux poupées russes en bois qui s'emboîtent les unes dans les autres.

Après avoir présenté l'origine de l'esprit humain ainsi que celle de l'âme animale, il est possible à présent d'expliquer comment s'est effectuée l'arrivée du premier humain sur la terre.

Pour permettre cette venue, il a fallu que les serviteurs de Dieu qui s'occupent de la nature préparent un corps qui évolue progressivement (en plusieurs millions d'années) jusqu'à ce qu'il se rapproche fortement de l'apparence humaine. Pendant cette longue évolution, c'est une âme animale qui habitait ce corps. Il s'est formé progressivement à partir d'une race de singes, comme l'a démontré la théorie de Darwin, en passant par différents stades. A une époque précise, ce corps a atteint le développement maximum auquel la race de singe pouvait prétendre. La forme du crâne, la marche sur deux pattes, un début de langage et d'autres évolutions avaient déjà différencié cette race de ses compatriotes. Pour que l'évolution puisse continuer, une intervention supérieure était nécessaire. De plus, ce corps était suffisamment proche de la future race humaine pour que le grand changement puisse intervenir.

C'est ainsi qu'à la place d'une âme animale, c'est un esprit humain qui a pris possession du corps en gestation chez la femelle primate et est venu s'incarner pour la première fois sur terre. Donc lorsqu'un corps physique a été prêt, au lieu que l'âme animale habituelle s'incarne au milieu de la grossesse chez la femelle singe, c'est un esprit humain qui a pris sa place. C'est ainsi que s'est effectuée la première naissance humaine.

En réalité, il y eut plusieurs esprits humains qui vinrent s'incarner ensemble sur terre. On peut dire que ces premiers hommes étaient orphelins car, même si leurs parents étaient des singes hautement évolués, il leur manquait l'esprit.

Et La race de singes qui a permis l'apparition des humains a totalement disparu. Il n'est pas possible de la trouver actuellement sur terre. Elle était bien plus évoluée que les races de singes qui survivent de nos jours.

Après l'arrivée des premiers humains sur la terre, une nouvelle longue période d'évolution a été encore nécessaire pour continuer le perfectionnement du corps. En effet, celui-ci n'était pas encore prêt pour vivre immédiatement les expériences utiles à son développement comme celles qu'il vit aujourd'hui. Il a fallu une succession de vies entières aux premiers hommes pour apprendre ce que nos enfants apprennent aujourd'hui au cours de l'enfance. Pensons à la marche humaine, au langage, à la maîtrise complète du corps, au développement du cerveau. L'apprentissage de l'utilisation optimale du corps humain a requis des millions d'années et a permis de différencier progressivement l'homme de l'animal. Les premiers hommes étaient très proches de la nature, ils vivaient totalement en lien avec elle. Ils ont commencé leur développement en observant la nature, en y vivant de multiples expériences. Ils ont appris à tirer les leçons qui leur étaient utiles.

Ils étaient reliés aux hauteurs lumineuses de leur origine par l'intermédiaire de leur cervelet (voir conférence : "les aides et les guides - le rôle du cervelet") et pouvaient recevoir l'aide d'entités de l'au-delà avec lesquelles ils communiquaient. Ces entités leur promulguaient beaucoup de conseils pratiques utiles à leur développement. Ce que l'homme moderne a ultérieurement appelé "découvertes" comme l'utilisation du feu, la fonte du métal, les divers outils inventés, en fait, étaient des dons octroyés par des entités de l'au-delà. Celles-ci montraient aux hommes qui pouvaient les voir, des modèles d'objets déjà existants dans l'au-delà et leur donnaient les conseils nécessaires afin qu'ils puissent les exécuter sur terre. Ainsi, la plupart des "inventions" des hommes ne sont que des reproductions d'éléments qui existent déjà dans les mondes invisibles. Les inventeurs sont des gens suffisamment ouverts pour se laisser inspirer par les modèles créés dans l'au-delà.

Si l'évolution de l'humanité s'était poursuivie de la même manière qu'au cours de ses débuts, c'est-à-dire à l'époque où l'homme était humble et ouvert intérieurement, la situation serait tout autre à l'heure actuelle. Les hommes auraient reçu tant de bons conseils depuis d'au-delà que l'on pourrait parler de paradis terrestre.

Cependant, avec l'accroissement de son bien-être matériel, l'humanité s'est de plus en plus consacrée à ce domaine matériel et a de moins en moins consacré de temps à maintenir la liaison avec le monde spirituel immatériel. Celui-ci a fini, avec le temps, par devenir invisible à ses yeux et aujourd'hui, on en est même venu à le nier.

L'humanité n'a pas encore pris conscience du tort qu'elle s'est ainsi causé ; car si elle peut se vanter de briller dans le domaine matériel (ordinateurs, avions, fusées, matériel sophistiqué etc…) elle ne peut le faire dans le domaine moral. La misère est effrayante sur la terre. Les guerres, l'immoralité, le manque de bonheur ne sont pas des titres de gloire pour elle.

Seule la connaissance véritable des lois de l'univers et le vouloir sincère de vivre selon la volonté de Dieu pourront nous guider sur le chemin qui conduit à la paix et à la joie.

Dieu a permis aux esprits humains, selon leur demande, de venir vivre sur la terre pour leur évolution personnelle et aussi dans le but de promouvoir la création. La venue de l'homme a nécessité un travail considérable pour préparer un lieu de vie décent et agréable pour l'humanité. La terre n'appartient pas aux hommes, elle ne leur est que prêtée pour leurs périples et chacun devra rendre compte de l'utilisation qu'il en aura faite.

Puisse cette prise de conscience responsabiliser chaque homme vis à vis de tous ses actes durant sa vie.

M.A

Retour à l'accueil de "conférences"

 


________________________