Skip to content

Naissance de l’homme

Texte protégé par un droit d'auteur :     copyright-logo-pour-sos-detresse

La Bible relate la naissance du premier humain d'une manière qui a fait loi pendant plusieurs milliers d'années jusqu'à ce que les recherches de la fin du deuxième millénaire sur l'évolution ne viennent remettre en cause cet état de fait et parviennent à le détruire complètement.

Plus personne de nos jours ne croit que le premier homme est né d'un morceau de terre à qui Dieu a insufflé la vie. Ce n'est pas pour autant qu'il faille récuser la Bible. La Bible est un livre spirituel qui doit être compris spirituellement. Or, l'erreur consiste à y croire mot à mot et d'une façon matérielle. A l'origine de ces écrits, l'humanité n'était pas aussi ancrée dans le matérialisme qu'elle l'est de nos jours, et des images, telles que celles décrites dans la Bible, suffisaient à créer la vraie notion que l'homme pouvait se faire de l'événement. La notion certes, mais pas le fait matériel en lui-même.

De même, lorsque Jésus vint sur terre pour expliquer les lois de Son Père, Il ne les a pas décrites magistralement comme on le ferait dans un cours de faculté. Il a utilisé pour cela des paraboles, c'est-à-dire des histoires simples, adaptées au niveau d'évolution du milieu dans lequel il vivait. Et à travers ces histoires, les hommes pouvaient tirer les leçons qui leur étaient utiles pour comprendre les lois de Dieu, puis vivre selon elles.

Il faut reconnaître qu'aujourd'hui, nous sommes devenus tellement intellectualisés que nous nous sommes rendus incapables de déceler la sagesse que recelaient toutes ces histoires simples. La science a donc remplacé cela par des théories que notre cerceau est capable de comprendre ; ainsi, c'est adapté à notre façon de vivre actuelle.

La théorie de l'évolution a nécessité un travail considérable et si l'homme se gonfle d'orgueil d'avoir réussi un tel classement précis sur l'évolution de la vie sur terre depuis la première cellule de vie jusqu'à l'arrivée de l'homme, peut-être a-t-il commis un oubli : celui de tomber en admiration devant le créateur d'une telle œuvre ! Car le fait de classifier tout ce qui est vivant représente un travail gigantesque. Mais qu'est-ce par rapport au travail de Celui qui a donné la Vie à toutes ces espèces depuis l'origine, par rapport à Celui qui les a créées avec une telle complexité, une telle perfection, les a ensuite fait évoluer pour obtenir des conditions de vie propices à l'apparition de l'homme ? C'est une intelligence hautement supérieure qu'aucun humain n'a réussi à égaler. Même si des savants se vantent de temps en temps d'avoir créé une nouvelle variété de légume ou un vaccin utile, ils ont toujours dû emprunter des éléments déjà existants dans la création et n'ont fait que les combiner entre eux.

La science devrait nous aider à comprendre l'univers dans lequel nous vivons et le faire évoluer favorablement. Mais elle devrait aussi être à l'origine d'une vénération toujours plus grande pour le créateur de cette œuvre merveilleuse. Car si nous omettons de le remercier, cela nous est fort préjudiciable.

Nous restons bien en deçà de ce que nous aurions pu découvrir et utiliser pour notre séjour terrestre.

Le processus de la venue de l'homme sur terre en est l'illustration. La science n'en possède pas l'explication. Au milieu de la théorie de l'évolution se trouve un gouffre : celui du chaînon manquant avec, d'un côté, un singe et de l'autre, un homme.

Tant que l'on cherchera uniquement dans le domaine matériel, il sera impossible de trouver la solution. La connaissance des lois de Dieu et du fonctionnement de l'univers est indispensable pour répondre à toutes les énigmes non résolues par la science. Et cette connaissance nous fait prendre conscience que le monde matériel que nous voyons n'est qu'une petite partie de l'univers. Le monde invisible, appelé au-delà, est bien plus vaste.

C'est d'un endroit de l'au-delà appelé "le paradis"  qu'est originaire l'esprit de l'être humain. Une vie sur terre ne constitue qu'un court passage par rapport à la totalité de son existence dont une grande partie est vécue dans l'au-delà. Lors d'une incarnation, une âme humaine qui se trouvait dans l'au-delà, endosse un vêtement appelé corps humain pour venir vivre sur la terre. C'est en général au milieu de la grossesse que l'âme prend possession du petit corps en formation et c'est à ce moment-là que la future mère ressent les premiers mouvements de son enfant. Après la naissance, l'être humain vit son existence terrestre jusqu'à ce que survienne son décès qui représente le retour de l'âme dans l'au-delà.

Ce processus d'incarnation de l'homme se passe de la même façon pour les animaux. Eux aussi possèdent une âme qui existe dans l'au-delà avant leur naissance. Cette âme vient s'incarner par l'intermédiaire d'un corps en formation chez un animal de la même race puis, après sa mort, se libère du corps inanimé pour retourner dans l'au-delà.

Cependant l'âme d'un animal n'est pas issue de la même région de l'au-delà que celle des humains. Tandis que les humains ...

Lire la suite (fichier au format PDF)    pdf-icone
Vous aurez besoin pour ouvrir ce fichier du logiciel ADOBE READER.
Si vous ne le possédez pas dans votre ordinateur, vous pouvez le télécharger gratuitement en cliquant sur ce lien .