Skip to content

Les soucis

Texte protégé par un droit d'auteur :     copyright-logo-pour-sos-detresse

Comment s'en libérer ?

Les soucis représentent une véritable plaie dans les pays dits "développés". Ils sont source de beaucoup de souffrance, de stress ; ils sont la cause de nombre de maladies et aussi de la plupart des suicides. La majorité des gens, qui reconnaissent en avoir, aimeraient bien s'en débarrasser mais ils n'y parviennent pas. Ils ont recours, dans certains cas, à diverses méthodes destinées à leur faire oublier leurs problèmes et faire aussi disparaître les angoisses qui y sont liées. On peut citer : les médicaments, l'alcool, la drogue...    Les soucis paraissent alors moins lourds et l'on peut continuer à mener une vie presque normale, mais ils n'ont pas disparu pour autant ! N'existe-t-il pas une solution qui soit moins nocive pour le corps, qui ne rende pas les gens "dépendants" de ces moyens et leur permette d'assumer plus sereinement tout ce qui se présente à eux dans leur vie ?

Quelques constatations

Pays pauvres - pays riches

On remarque que les soucis sont beaucoup plus présents dans les civilisations des pays riches et disposant de confort que dans les pays plus pauvres où les gens vivent dans la simplicité et où parfois ils ne disposent pas du minimum vital. A première vue, cela semble contradictoire. On pourrait s'imaginer que les gens ne pouvant pas se nourrir chaque jour ou disposant de très peu de moyens pour vivre se créent des soucis en pensant à leur avenir. Mais non. Ce sont davantage les gens qui ont un toit pour dormir ainsi que de la nourriture chaque jour et même qui jouissent d'un très grand confort qui se soucient. C'est vraiment paradoxal !

Le travail

On peut noter aussi que dans les régions où l'on travaille encore beaucoup, où le travail constitue l'essentiel de la vie, on est tellement occupé que l'on n'a pas le temps de penser ni de se faire de soucis. Mais c'est particulièrement là où il s'agit d'un travail manuel comme dans l'agriculture ou l'artisanat par exemple et non pas du travail intellectuel d'un cadre d'entreprise qui accumule les heures supplémentaires. Un agriculteur qui travaille dans ses champs et auprès de ses animaux pendant près de 12 heures par jour ne connaît presque que le travail, la faim et le sommeil. Il ne lui reste plus de temps pour se soucier.
Dans les métiers où l'on doit davantage faire fonctionner son cerveau et ceux où les heures de travail sont moindres, on dénombre beaucoup plus de personnes soucieuses. Est-ce parce que l'on "pense" davantage, que l'on réfléchit avec plus d'intensité ?

"Se faire du souci"

L'expression est très parlante : "se faire du souci".
Mais on ne s'exprime pas en disant : "un souci m'est tombé dessus", j'ai "attrapé un souci".

Cela signifie clairement que les soucis ne nous arrivent pas, mais que nous nous les créons nous-mêmes. Nous nous "faisons" des soucis.
Ce sont des problèmes et des événements douloureux ou difficiles qui surviennent dans notre vie. Et, si nous n'arrivons pas à les surmonter, nous nous faisons du souci pour cela. Les soucis sont  engendrés par notre réflexion, donc par notre cerveau, suite à des événements difficiles de notre vie que nous ne parvenons pas à maîtriser. Cela est très important à comprendre et à admettre. Si nous sommes à l'origine de nos propres soucis, cela signifie que nous en avons la direction. Ils ne dépendent que de nous et ne dépendent pas du tout des autres. Nous en arrivons donc à la conclusion qu'il est possible de maîtriser ses propres soucis puisque c'est nous qui les engendrons. Bien sûr, les soucis sont consécutifs à des événements, qui eux, arrivent de l'extérieur et auxquels nous ne nous attendions pas. Mais la différence est fondamentale entre les "problèmes" qui nous surviennent et les "soucis" que nous nous créons par la suite. D'ailleurs il est bien connu que face à un problème quelconque identique, certaines personnes vont se faire du souci alors que d'autres ne s'en feront pas du tout.

*

C'est ainsi que l'on peut globalement en déduire que pour ne plus être rongé par les soucis, il faut agir sur deux tableaux :
- apprendre à maîtriser son mental afin de ne plus se faire autant de souci à la suite des divers événements de la vie ;
- apprendre à maîtriser son destin afin qu'il ne nous survienne pas d'événements trop graves ni trop douloureux au cours de la vie.
Cela paraît tellement simple et évident ! C'est trop simple pour être vrai diront certains. Mais c'est justement parce que la vérité réside dans la simplicité ! Quand nous ne trouvons pas de solution, c'est  souvent parce que nous sommes trop compliqués et que nous ne sommes plus capables de penser avec simplicité.

*

La maîtrise de son destin

C'est une erreur de croire que l'homme est dépendant d'un destin qui, au hasard, lui enverrait toutes sortes d'aléas tout au long de son existence. N'est-ce pas aussi la facilité que d'admettre cette opinion, puisque ainsi chaque être humain se trouverait dégagé de toute responsabilité ? S'il veut pouvoir maîtriser son destin, ...

Lire la suite (fichier au format PDF)    pdf-icone
Vous aurez besoin pour ouvrir ce fichier du logiciel ADOBE READER.
Si vous ne le possédez pas dans votre ordinateur, vous pouvez le télécharger gratuitement en cliquant sur ce lien .